Hôpital - 15-20

Nous découvrir

Établissement public de santé de ressort national spécialisé en ophtalmologie, le Centre hospitalier national d’ophtalmologie des Quinze-Vingts assure les missions d’un hôpital universitaire : les soins, l‘enseignement, la recherche et la prévention.

Lié par convention de partenariat hospitalo-universitaire avec l’AP-HP, il est organisé autour des quatre services hospitalo-universitaires d’ophtalmologie des professeurs BAUDOUIN, BORDERIE, NORDMANN et SAHEL.
Entièrement tourné vers une seule discipline, l’ophtalmologie, le CHNO est devenu, au fil du temps, un véritable pôle de référence dans le traitement des pathologies de la vision. L’établissement est reconnu dans le monde entier et a contribué à la formation de plusieurs générations d’ophtalmologues français et étrangers. L’organisation du CHNO des Quinze-Vingts est entièrement tournée vers la prise en charge des maladies de l’œil et la pratique d’opérations chirurgicales : cataracte, dégénérescence maculaire liée à l’âge, rétine, glaucome, greffe de cornée, rétine, myopie, strabisme, voies lacrymales, paupières, uvéite, tumeurs …

L’offre de soins est construite autour de trois centres spécialisés du glaucome, de la cornée (y compris chirurgie réfractive et kératocône) et de la rétine, venus compléter le centre des consultations d’ophtalmologie, et propose, outre l’accueil des urgences ophtalmologiques 24h/24 et 7jours/7, la prise en charge de la majeure partie de la pathologie ophtalmologique, qu’elle soit médicale, chirurgicale ou neuro ophtalmologique. Un service de médecine interne complète cette palette de prise en charge.

Sa capacité d’hospitalisation est répartie entre hospitalisation traditionnelle (79 lits dont 17 dédiés à la prise en charge des pathologies infectieuses oculaires), et 53 places de chirurgie ambulatoire.

L’activité ambulatoire s’est développée activement au cours de ces dernières années et représente en 2017, près de 81% de l’activité chirurgicale globale du CHNO. Les actes de chirurgie de la cataracte sont pratiqués à 96,72% en ambulatoire, ceux de chirurgie du glaucome à 83%. L’activité de chirurgie ambulatoire a progressé de 7,76% entre 2016 et 2017.

Les équipes chirurgicales pratiquent les techniques et les actes les plus innovants au sein des neuf salles de bloc opératoire dotées d’équipements à la pointe de la technologie. L’hôpital dispose également de deux salles de bloc dédiées exclusivement aux injections intravitréennes, de deux salles de chirurgie réfractive et d’un bloc de petite chirurgie.

Le plateau technique spécialisé (laboratoire d’ophtalmo-biologie, service de neuro-imagerie doté d’un appareil IRM unique en Europe et d’un scanner de dernière génération, pharmacie agréée pour la production et la dispensation de collyres spécialisés apporte aux équipes médicales et chirurgicales un support médico-technique complet et spécialisé).

En 2017, ont été décomptés 21 581 séjours hospitaliers, 309 000 consultations et actes complémentaires et 60 240 passages aux Urgences.

La plus grande partie de son activité (84%) est réalisée pour des patients franciliens, les personnes domiciliées à Paris représentant plus de 23% de la patientèle, ceux originaires de province et de l’étranger (près de 16%).

Depuis 2008, l’hôpital accueille l’Institut de la vision dont la vocation consiste non seulement à promouvoir la recherche fondamentale sur la vision mais également à permettre le développement d’entreprises impliquées dans la prévention et le traitement des affections oculaires.

L’hôpital gère également la Résidence Saint Louis dédiée à l’hébergement des personnes aveugles ou malvoyantes.

Un hôpital étroitement lié à l’Université, au coeur de la recherche

  • 1997 : convention de partenariat hospitalo-universitaire avec l’AP-HP et l’Université Pierre et Marie Curie,
  • 1998 : convention entre l’AP-HP et l’UFR médicale de Saint-Antoine,
  • 2000 : convention entre l’AP-HP et l’UFR médicale Paris Ouest,
  • 2004 : convention portant création de la Fédération Inter-hospitalière des pathologies rétiniennes,
  • 2013 : membre fondateur du DHU Vision et handicaps avec l’AP-HP, la Fondation Rothschild, l’INSERM, les universités Pierre et Marie Curie, Paris Diderot, Versailles St Quentin et la Fondation Voir et Entendre,
  • 2018 : partenaire fondateur de l’IHU FOReSIGHT avec l’Université Paris Sorbonne, l’INSERM et la Fondation Voir et Entendre.

 

L’institut de la Vision

Logo Institut de la vision

2008 fut l’année de l’ouverture d’un centre de recherche sur les maladies de l’œil de dimension internationale sur le site du CHNO des Quinze-Vingts grâce à un partenariat public-privé.

L’INSERM, l’Université Pierre et Marie Curie (Paris VI), le Ministère de la recherche et le Centre Hospitalier National d’Ophtalmologie des Quinze-Vingts ont affiché la volonté de structurer l’espace de recherche et de développement consacré aux maladies de l’œil autour d’un pôle de dimension internationale.

C’est ainsi qu’est né le projet d’un centre de recherche sur les maladies oculaires, baptisé Institut de la Vision. Au côté de plusieurs laboratoires et services hospitaliers d’Ile-de-France et grâce au soutien de la Région Ile-de-France, de la Ville de Paris, de l’INSERM, de l’Université Pierre et Marie Curie, de plusieurs partenaires associatifs, cet institut forme la branche vision, ou visiopôle, de MediCen Santé, le pôle de compétitivité mondial Ile-de-France, dont une part est consacrée aux maladies du système nerveux.

L’Institut de la Vision occupe un ensemble immobilier d’une surface de 11 000 m² construit sur le site du CHNO des Quinze-Vingts. Le Professeur José-Alain SAHEL, Directeur du laboratoire de Physiopathologie cellulaire et moléculaire de la rétine UMR 592-INSERM-Université Pierre et Marie Curie Paris et porteur du projet depuis 2002, en assure la direction scientifique.

Relation avec les visiteurs médicaux

Depuis juin 2018, les modalités d’intervention des visiteurs médicaux au sein du CHNO des Quinze-Vingts ont été modifiées au cours d’une séance de Directoire :

il a été décidé non pas d’interdire cette activité mais de la réguler, de telle sorte que l’activité hospitalière ne soit pas perturbée et que les visiteurs médicaux soient mieux accueillis.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×