Hôpital - 15-20

Un patient aveugle récupère partiellement la vue après une thérapie optogénétique

Une étude inédite menée par une équipe de recherche internationale montre que la thérapie optogénétique peut permettre de récupérer partiellement la vue. Les résultats ont été publiés ce jour dans la prestigieuse revue scientifique Nature Medicine.

La thérapie optogénétique : restaurer la vision à l’aide d’une protéine d’algue
La thérapie optogénétique consiste à modifier génétiquement des neurones afin de rendre la rétine à nouveau sensible à la lumière, grâce à une protéine d’algue photosensible, une opsine.

Concrètement, le gène de la protéine d’algue est introduit dans la rétine du patient aveugle, par l’intermédiaire d’un vecteur de thérapie génique. En présence de lumière, la protéine produit un courant électrique qui active à nouveau les neurones du patient aveugle.

Une première mondiale chez l’homme, un patient qui a partiellement récupéré la vue
Si la thérapie optogénétique a révolutionné la recherche en neurosciences pour manipuler l’activité des neurones du cerveau chez l’animal, c’est la première fois que cette approche innovante est utilisée chez l’homme avec succès.

Le patient ayant participé à cette étude clinique était atteint de rétinopathie pigmentaire à un stade tellement avancé qu’il ne pouvait que percevoir la présence de lumière. Près de 7 mois après avoir reçu l’injection, il a commencé à rapporter des signes d’amélioration visuelle : les résultats montrent qu’il peut identifier la position d’objets sur une table et les saisir. Cette thérapie repose également sur l’utilisation de lunettes dotées de caméras qui captent les stimuli lumineux et les intensifient à destination de la rétine.

Perspectives
Objectif de cette recherche : Redonner de la vision à des patients aveugles suite à la perte des photorécepteurs – comme pour la rétinopathie pigmentaire ou la dégénérescence maculaire liée à l’âge – causes répandues de cécité. Toutes les personnes aveugles atteintes de différents types de maladies neurodégénératives des photorécepteurs mais possédant toujours un nerf optique fonctionnel seront potentiellement éligibles pour le traitement.

 

Consulter le communiqué de presse

 

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×